La caravane du changement grand complice du déficit budgétaire record

0
816

Enomy Germain, professeur et économiste, est l’auteur d’un essai d’économie politique qui a retenu l’attention du conseil éditorial de La République : « Pourquoi Haïti peut réussir ». L’auteur sera en signature le mardi 13 août à l’hôtel Marriott de 5h à 8h PM. Ce livre ne manquera pas d’attirer de jeunes lecteurs en quête d’espoir en ces temps difficiles ou rien ne va en Haïti. Disponible à 1,000 gourdes pour réguliers et 750 gourdes pour étudiants, l’ouvrage est un plaidoyer pour défier le fatalisme ambiant et l’idée reçue qu’Haïti est condamné à l’échec. Tout au long de l’ouvrage, l’auteur analyse différents éléments et facteurs complices de sa pauvreté.

Enomy Germain aborde la mal gouvernance, la gabegie et la rareté des ressources en Haïti. Il prend la caravane du changement du Président Jovenel Moïse comme exemple. D’après lui, la stratégie a été mal définie et trop de dépenses ont été engagées sans planification et objectifs spécifiques. Selon Germain, « Avoir des objectifs mènerait à des évaluations à mi-parcours pour voir ou nous en sommes et personne n’a encore vu les documents présentant la caravane. » Il n’existe aucun document cadre. La caravane est beaucoup plus un vœu se basant uniquement sur un slogan.

Affiche de promotion

L’économiste croit que la caravane est grandement responsable du taux de change d’aujourd’hui et du déficit record. En 2018, il atteint 24 milliards de gourdes. Ce fut l’année la plus dévastatrice pour la gourde depuis environ 16 ans. À la fin de 2017, l’État a dépensé excessivement pour une caravane qui nous conduira inévitablement vers un déficit record et un risque d’hyperinflation.

Au terme de l’appréciation de l’économiste, la caravane a aussi causé la désaffectation des missions originales et ressources économiques d’un ensemble d’institutions. Il sera ainsi difficile d’obtenir des rapports sur les dépenses improductives et inefficaces. La caravane est l’une des décisions malheureuses de nos dirigeants puisqu’elle se caractérise par deux éléments constitutifs du venin économique dans toute société : La mauvaise gestion et la mauvaise utilisation des rares ressources de l’état. ®

Comments are closed.