D’une jeune à son pays

0
818

Ce matin encore, je me suis réveillée avec un sentiment d’amertume. Un goût aigre à la bouche laissé par l’espoir envolé d’une vie meilleure.

Par Soraya Louis • Dans: Opinions

Encore une fois, je me suis sentie abandonnée, laissée pour compte, par mes aînés, par un pays, par un état.

“Le système mérite d’être changé!”, s’écrient-ils. Mais voilà déjà  des années que ce système mérite d’être changé. Aucune révélation pour aucun d’entre nous. Le système n’a fait qu’imploser sous nos yeux, sous notre bienveillance, sous notre passivité. Quelle honte! 

J’ai honte. J’ai mal. 

Qu’est ce qui s’en vient? J’en veux au Président, j’en veux à l’État, j’en veux à l’absence d’état de droit; mais admettons tout haut ce que nous chuchotons tout bas: j’en veux également  à l’opposition. Parce que cette opposition mène un combat aussi opaque que la mauvaise gestion à laquelle nous sommes aujourd’hui accoutumés. Elle aussi fait du tort à la nation. Une nation qui a trop souffert de promesses vaines, de vol institutionnel chronique et d’égoïsme cruel démesuré. 

Où allons nous?

Des milliers de personnes, nos frères, nos soeurs ravagent nos rues tous les jours, parce qu’il est venu le temps du renouveau. Il y en de ceux qui sortent par conviction certes, mais Il y en aussi de ceux qui sortent parce que regarder la misère en face avec impuissance fait mal, rend malade au point de rendre méchant. Parce que sortir ravager les rues fait moins mal que de ne pas pouvoir nourrir sa famille.

Tous mes rêves pour mon pays sont partis en fumée. La désillusion d’un amour perdu devenu nauséabond. Combien de jeunes sont restés ou sont revenus au pays pour se mettre au service de leur nation, pour user de leurs talents, de leur expérience, de leur savoir pour assurer la relève d’un pays qu’ils aiment?  

Aujourd’hui, que leur offre ce pays? Que m’offre mon pays? Que m’offrira mon pays lorsqu’ils auront fini de le détruire, tous, Jovenel, les politiciens, le pouvoir en place, l’opposition, le core groupe, la communauté internationale? Quand va cesser ce combat contre nous-même, un combat qui de jour en jour semble sans issue?

Quand allons-nous nous réveiller de ce cauchemar qui a déjà engendré la mort de centaines de nos frères  et soeurs?  Combien de plus doivent périr? Combien de plus doivent s’enfuir?  Combien doivent abandonner leurs rêves, leurs vies et leur terre natale?

Comments are closed.