De l’art d’exercer deux professions: policier et chauffeur de taxi-moto

0
884

Sur sa page Facebook, le citoyen Jethro J. Sereme raconte une histoire vraie et lance un cri d’alarme.

Pour sortir de Pétion-Ville et se rendre à destination, il prit un taxi moto. En arrivant sur la Route de Frères, la moto dut s’arrêter à un check-point d’une patrouille de police . À la vérification des papiers du chauffeur de taxi, les policiers assurant la patrouille réalisèrent que ce chauffeur de taxi moto était aussi un agent de la PNH comme eux. Il n’en fallut pas plus pour le laisser partir très vite.

Intrigué, Sereme va alors entamer un dialogue avec le chauffeur du taxi moto également policier. Ce dernier avoua qu’il était obligé d’être chauffeur de taxi moto durant ses jours de congés. Sa femme est au chômage et son maigre salaire de la Police Nationale ne suffit guère pour assurer ses dépenses journalières, payer l’écolage de ses deux enfants. Ému par cette histoire, Sereme va payer au policier le double du tarif normal. 

La Police Nationale d’Haïti est en panne de ressources et l’institution ainsi que ses agents souffrent. Cette précarité approfondit la vulnérabilité des agents qui doivent assurer notre sécurité qui eux mêmes vivent dans l’insécurité sociale au quotidien. Entre temps, les Forces Armées d’Haïti s’installent pour multiplier le nombre d’officiers bien armés avec le ventre bien vide.

Comments are closed.