Comment réparer tout ce que les criquets ont dévoré ?

0
2330

« M a repare tout sa cheni yo te gate, tout ane krikèt yo devore. M a va desann restore sa k pou mwen yo, m a va beni Legliz la Senyè a di. » Ce refrain apparenté à une promesse faite à Haïti a désormais laissé les églises, pour devenir un hymne de résistance dans le contexte de la rébellion contre le régime en Place.

Par Max Guybert Lyron • Dans: Editorial

Samuel Robuste, guru de Tabernacle de Gloire (Shekinah FM) est passé maitre dans la direction de la louange et de l’adoration. Pas besoin d’être croyant pour le remarquer ; plus qu’un simple talent, c’est un ministère évangélique acquis. Revenons justement sur ce cantique plutôt entraînant dont il est devenu l’icône, un cantique réquisitionné depuis peu par la mouvance populaire.

Samuel Robuste dirigeant un service d’adoration – Shekinah FM

Si chenilles et criquets semblent être de gentilles et mignonnes petites bestioles — on dirait même inoffensives — ceux qui s’y connaissent en agriculture vous diront le contraire. Les capacités de destruction de ces insectes sont inimaginables. A l’échelle de l’exercice du pouvoir public, que reste-t-il donc à restaurer après le passage de ces « chenilles » ?

Il faut commencer par restaurer l’autorité de l’État. Quand des enfants de 5-7 ans affirment que « tout dirijan peyi m se vòlè », il est clair qu’il ne reste plus aucun symbole de cette autorité. Nous avons tous constaté ce qu’est devenu la valeur du discours présidentiel dans ce même pays où les discours savaient être mémorisés (en partie ou intégralement) même par de très jeunes citoyens en devenir.

Il faut réparer les méfaits de la corruption. Les chenilles ont fait qu’une pauvre dame ayant rendu un portefeuille plein de billets à son propriétaire, fût battue et injuriée pour sa « stupidité ». Son péché a été de vouloir s’attacher aux valeurs, ignorant la nouvelle définition du concept « corruption » !

Le sens du devoir et de la responsabilité est perdu. Le pays est à feu et à sang. Aucune justice pour ceux qui ont payé de leur vie. Aucune réparation pour ceux qui ont perdu leurs biens. A qui s’adresser ? Aria Stark a la réponse : Personne ! Protégés par des Arrêtés, des actes de nominations ou un vote controversé d’un peuple manipulé, derrière des forteresses protégées par des hommes aux « guitares bien accordées » : des sans-visages irresponsables, voilà ce que nous sommes devenus.

L’éthique. Comment restaurer cette vertu ? Les chenilles l’ont non seulement emportée, mais ils continuent de la détruire. La moralité qui a longtemps caractérisé nos leaders par le passé, est aujourd’hui bafouée. Au Parlement, on marchande au grand jour. C’est normal. Entre temps, c’est avec joie que d’autres personnalités dont la moralité a manifestement été éprouvée, s’expriment en public. Comme pour confirmer la tendance, elles sont promues.

Il faudra rétablir la promotion de la compétence. C’est difficile d’être compétent et d’appartenir à cette armée de criquets. La majorité des dirigeants de ce pays qui a produit une Patrimoine du calibre d’Emile Saint-Lot, sont pour la plupart incultes et ne peuvent même pas s’exprimer correctement. Nous avons touché le fond.

La liste est bien longue. Mais en dépit de tout, Il faut certainement restaurer les fonds publics dilapidés durant toutes ces années ®

Le contenu de cet article n’engage point les personnes physiques ou morales qui y sont cités.

Comments are closed.